Partage des connaissances : un flou juridique

Publié le par Ludovic Markarian

    Le 29 octobre 2007 Wikipédia  n'a pas été reconnu responsable  pour la mise en ligne d'informations à caractère privée. Il s'avère que cet outil permet à tout un chacun de publier des informations. S'il existe pléthore de contributeurs, qui alors est responsable entre les contributeurs et l'hébergeur ? La décision vient d'être rendue !
Ce qui peut nous intriguer n'est pas seulement la problématique de la diffusion de l'information privée mais la transposition à la dimension KM ! Avec l'explosion du web 2.0 il devient facile, et parfois tentant, de partager nos expériences, connaissances et compétences. Quelques secondes permettent de se créer un login et de faire partie de la communauté. Néanmoins selon la dimension du wiki, il devient difficile pour les modérateurs de controler la véracité de l'information mais également de déceler qui se câche derrière tel pseudonyme. Lorsqu'il s'agit d'une communauté d'experts et de professionnels il est toutefois possible de reconnaître ses confrêres. Mais lorsque cet outil s'ouvre à un large panel de contributeurs la chôse s'avère plus compliquée. Maintenant prenons un exemple précis. Aujourd'hui les discours politiques préconisent l'automédication par souci d'économie. Rien de plus facile de nos jours que de trouver le remède pour mettre fin à ses douleurs sur Internet (wiki, forum, blog, pages internet, sites institutionnels,tec). Néanmoins si un incident arrive aprés avoir suivi les conseils prodigués sur le web, qui est tenu responsable ? La personne qui a publié ses conseils ? L'hébergeur ? Les modérateurs ? Peut-on déceler un mauvais conseil ? Une expérience douteuse ? Certes ce genre de domaine devrait favoriser les experts et une politque où pour partager son expérience il est indispensable de faire preuve de transparence ! Néanmoins il devient facile aujourd'hui de créer un outil et d'appeler à y contribuer. Alors cette constatation c'est peut-être voir le verre à moitié vide mais voyons aussi que, suite à l'exemple de Wikipédia, le KM 2.0 devra vraisemblablement avoir son cadre juridique sur cette problématique.

Commenter cet article